Site Taurin "www.jies-arles.com"
Site taurin "feria.tv" : Mauguio. Corrida de la Romeria, video
Site Taurin "Corrida France" : Thomas Joubert a hombros
Site Taurin "Terres Taurines" PALAVAS : TRIOMPHE DE THOMAS JOUBERT
Site Taurin : www.mundotoro.com
Article du journal "La Provence" du 10/01/2015
Site Taurin mundotoro.com - Istres, una feria de primera
Article de Romain Fauvet, La Provence du 24 janvier 2015.
Site taurin corridafrance.fr - Retour au campo pour Thomas Joubert
Signe du Toros, France 3 - Thomas Joubert tiente chez Riboulet
La Provence du 7 Février 2015, article de Romain Fauvet.
Site taurin corridafrance.fr
Site taurin "corridafrance.fr" - La générosité du Toreo...
Site taurin "corridafrance.fr"

Clip video, réalisation : Romain Bofi

Site taurin "El Mundillo"
Les Matadors Français se préparent à Sulauze
Journal "La Provence" le 8 avril 2015
ISTRES.pdf
Document Adobe Acrobat [18.1 MB]
Tentadero avec Frascuelo, Roman Perez et Thomas Joubert chez Jean-Luc Couturier www.corridafrance.fr.
Site de la Ville d'Istres THOMAS JOUBERT FORME UN “LIO” CHEZ TARDIEU, Le matador arlésien Thomas Joubert poursuit sa préparation au campo avant ses deux corridas de Saint Martin de Crau et Istres. Le samedi 20 juin il fera le paseo dans les arènes du Palio au côté de Denis Loré et

Presse Française, corrida du 20/6 Istres

Presse Espagnole, corrida du 20/6 Istres

Corrida Istres le 20 juin 2015 - Photo I. Dupin
(Photo Daniel Chicot) : Alain Montcouquiol "Nimeño I vuelve al mundo del toro
Contenu payant

Journal la Provence

Plein d'émotion et pluie d'oreilles dans les arènes de Saint-Gilles

Thomas Joubert et Mehdi Savalli triomphent lors de ce festival 100 % toreros français

..."Ceux qui étaient au Palio d'Istres le 20 juin dernier ont forcément eu un pincement au coeur. Car l'histoire du triomphe onirique de Thomas Joubert s'est répétée. Ou presque. Même torero, même ganaderia, même musique (celle du film Mission, l'orchestre Chicuelo II a bonne mémoire). Et même émotion. À ceci près que le toro d'hier était moins décidé à accorder ses violons que son frère istréen. Touché à la patte avant gauche, il cherchait sans cesse refuge près du callejon. Thomas Joubert s'est efforcé de l'en empêcher pour lui offrir ce toreo dont il a le secret : à la fois suave et vibrant, à la fois classique et varié. Deux oreilles et la queue tombes du palco, et c'est mérité vu le barême appliqué hier par la présidence...."

Triomphateur de la Fiesta campera des Arènes de St Gilles le 4 septembre 2015

Le torero arlésien fera son retour dans les arènes de sa ville à Pâques. Ses entraînements, sous l'oeil de sa garde rapprochée, sont à son image : différents

 
 

Il a pris la nouvelle avec joie, mais aussi avec l'humilité et la sagesse qui le caractérise. Deux ans après avoir retrouvé le chemin des arènes, Thomas Joubert sait depuis une semaine qu'il fera son retour dans celles d'Arles, lors de la feria de Pâques. Ce sera son premier paseo sur une piste de première catégorie depuis 2012, pour ce qui s'annonce comme un rendez-vous décisif dans sa jeune carrière.

Mais de Thomas Joubert, il ne faut attendre ni superlatifs ni grandes phrases. Il n'est pas question de soif de triomphe et encore moins d'objectifs chiffrés. "Je veux juste profiter de cette occasion pour montrer qui je suis, dit-il. Je suis conscient de la responsabilité que représente le fait de toréer à Arles, mais ma seule ambition le jour de la corrida sera de reproduire ce que je fais à l'entraînement."

Des entraînements qui sont à son image : différents. Hier, comme tous les jours où il le peut, il répétait ses gammes dans une salle de sport arlésienne. Sur un air de flamenco, en tenue de joggeur et zapatillas de toreros, Thomas Joubert dessine d'infinies véroniques devant un toro imaginaire. Sont posées à côté de lui des capes et des épées, mais aussi des ballons, des plots, une corde à sauter ou des balles de jonglages. Les exercices concoctés par Carlos Avila de Borba, coach portuguais plus habitué aux patineurs artistiques de très haut niveau, semblent bien loin de la chose taurine (lire par ailleurs). "Cela n'a rien à voir avec ce que j'ai pu faire avant de rencontrer Carlos. Il parvient à me faire exprimer autre chose, à faire sortir ce que j'ai en moi." C'est auprès de lui et d'Alain Montcouquiol, son homme de confiance, que le matador a trouvé son équilibre. "Je suis bien entouré, on a la même vision de la tauromachie", sourit Thomas Joubert.

Le trio partage une conviction : n'avoir toréé que quatre corridas en deux ans doit être vu comme une chance, et non une injustice. "Je n'étais personne avant d'arrêter, alors c'est réconfortant que des arènes m'aient fait confiance quand je suis revenu." À Mauguio, Palavas et Saint-Martin-de-Crau, il a aiguisé l'appétit de ceux qui connaissent le talent du bonhomme. À Istres, en juin, son temple, sa douceur, sa mélancolie, sa différence, ont explosé à la face du mundillo. Son téléphone n'a pas sonné pour autant, sauf pour un festival à Saint-Gilles où il a encore séduit.

PUBLICITÉ
 
 
 
 
 
 

Ses qualités ? Ses défauts ? La réponse est identique : "C'est le fait d'être moi-même quand je suis en piste." Alain Montcouquiol précise : "Ce n'est pas celui qui a le plus de courage ou de technique, mais c'est celui qui a le plus de personnalité. Ce n'est pas pour rien qu'il avait tapé dans l'oeil de Corbacho et Antoñete." Pour lui, l'année sabbatique passée en mission humanitaire au Népal et les saisons de vaches maigres qui ont suivi ont eu du bon. "On apprend quand on torée, mais aussi quand on ne torée pas. Les traversées du désert ont du bon." En homme d'expérience, Alain Montcouquiol sait que "beaucoup de choses vont se décider à Arles, un peu comme à Istres cette année : s'il n'avait pas été bon, c'était fini."

Romain Fauvet

SAMEDI 18 JUINÀ 11HEURES DIMANCHE 19 JUIN À 18H30

Diego Urdiales, Thomas Joubert et José Garrido (toros de El Tajo y la Reina). Ce n’est pas l’affiche la plus clinquante, mais peut-être celle qui va faire naître le plus d’espoir chez les aficionados. Car elle réunit trois matadors que l’on voit (trop) peu, mais qui sont pétris de qualités. À commencer par Diego Urdiales, un torero qui a percé sur le tard, mais dont la classe et la sincérité ont éclaté à la face du monde taurin en 2015, notamment avec des prestations grandioses à Bilbao et, plus récemment, àMexico. À ses côtés, on retrouvera logiquement Thomas Joubert, l’Arlésien qui "en 15 passes a fait pleurer le Palio l’année dernière" dixit Bernard Marsella. Enfin, l’aficion du sud va découvrir José Garrido. Ce dernier a pris l’alternative en avril dernier à Séville, et ne cesse de surprendre depuis. Il est, potentiellement, l’une des stars de demain.

Thomas Joubert a reçu le prix de la faena la plus artistique de la feria 2015, devant un gymnase Donadieu comble. / PHOTOS SERGE GUEROULT

FERIA D’ISTRES

Ça s’annonce grand!
 

FERIA D’ISTRES Les cartels du Palio promettent un grand cru pour la feria 2016. Deux noms ressortent de l’affiche: celui d’Enrique Ponce, qui affrontera seul six toros, et celui de Lopez Simon, qui fera deux paseos. Les Arlésiens Juan Bautista et Thomas Joubert sont également annoncés P.2
Alejandro Talavante, Juan Bautista, Thomas Joubert et Enrique Ponce. /MONTAGE SÉBASTIEN BAGNIS - PHOTOS SERGE GUÉROULT

LA FERIA DE PÂQUES DU 25 AU 28 MARS

LE LUNDI à 16h30

Escribano, Joubert et Del Alamo face aux Pedraza

"C’est l’élevage le plus attendu et le plus demandé" insiste Jean-Baptiste Jalavert qui a officialisé hier la présence à Pâques des fameux toros de Pedraza de Yeltes. "C’est une ganaderia toriste mais qui façonne des toros avec de la profondeur et de la classe, ce qui offre de grands moments à la pique, tout en permettant aux toreros de développer une tauromachie esthétique." C’est ce que vont s’attacher à faire les trois maestros devant six toros aux robes marron.La prestation de l’Arlésien Thomas Joubert sera forcément très attendue après son retentissant triomphe istréen. Un toreo fin, qui alternera avec la tauromachie enjouée de Manuel Escribano, seul banderillero programmé lors de cette feria de Pâques. À leurs côtés, on retrouve le jeune Juan Del Alamo, qui avait frappé fort en 2015 à Arles face aux Baltasar Iban, et qui connaît bien les toros de Pedraza de Yeltes qui, comme lui, viennent de la région de Salamanque. R.F.

ACTUALITES

 

TEMPORADA 2017 :

- Arles le 16 avril :

Enrique Ponce (Silence /Ovation avec salut après avis) A. Talavante (Oreille / Silence après avis) et Thomas Joubert (Oreille après avis / Oreille après avis) - Ganaderia J.P. Domecq.

Plusieurs prix ont été décernés à Thomas Joubert : "Cérar Giron" pour le meilleur Matador de la feria Pascale, "Louis Pagès" prix du Comité de la Feria, et le club taurin "La Jeunesse Taurine du Pays d'Arles" l'a élu triomphateur de la Feria.

 

Cartels à venir :

 - Arène d'Istres "Le Palio" le  23 juin 2017 à 18 h 30 :

Sebastien Castella, Jose Maria Manzanares et Thomas Joubert - Ganaderia Garcigrande

 -  Arène de Châteaurenard le 23 juillet 2017 à 18 h :

Roman Perez, Thomas Joubert et Thomas Dufau - Ganaderia La Quinta

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
©Peña Thomas Joubert