Articles du Midi Libre

 Article du site internet "Corrida France"

Cette matinale Nîmoise lors de laquelle il assurait le remplacement d'Andres Roca Rey, que n'a t-on pas entendu concernant cette substitution soit dit en passant, a été perturbée par le vent et par la blessure de Thomas Joubert lors de son combat de confirmation d'alternative. Tout avait donc très mal commencé mais l'Arlésien, une fois rassuré sur l'état de santé de son filleul de cartel et compatriote, a remis une nouvelle fois les pendules à l'heure devant le cinquième de la tarde, un très bon Victoriano del Rio baptisé "Soleares" dont la dépouille sera primée de la vuelta al ruedo. Faisant étalage de toutes les facettes d'une tauromachie très mature et d'une générosité de tous les instants, le Maestro Arlésien a toréé avec une lenteur et une profondeur bouleversantes, à l'abri de la Tramontane, son adversaire devenu partenaire qu'il a couché d'un nouveau coup de canon a recibir... De la belle ouvrage et un triomphe incontestable qui lui ouvre une nouvelle fois la plus grande porte des arènes de Nîmes...
Thomas Joubert, lui, retrouvait pour sa confirmation d'alternative Jose Maria Manzanares, qui était déjà le témoin de son prise de doctorat arlésienne. Dramatique entame de carrière qui l'avait envoyé droit à l'hôpital, cuisse transfixiée... Et on a bien cru ce matin que l'histoire malheureusement se répêtait, le visage blême et le corps inerte de l'Arlésien sur le sables des arènes de Nîmes nous rappelant de bien cruelles images. Fort heureusement, dans l'attente d'examens en cours au moment où j'écris ces lignes, il semblerait que le garçon s'en tire fort heureusement à très bon compte. Thomas a d'ailleurs pu retrouver le chemin du ruedo et couper les deux oreilles du sixième et dernier de l'envoi... Ce garçon ne fait décidément rien comme les autres. D'ailleurs, il a préféré sorti à pieds qu'en triomphe par la Porte des Cuadrillas pour laisser la vraie grande Porte à Juan Bautista. Un nouveau Triomphe qui l'honore...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Juan Bautista lidia par fuera le troisième de l'envoi, avant de l'emmener au lancier pour deux prises de châtiment. Brindis de l'Arlésien au conclave avant de commencer par des doblones idéalement exécutés. "Elegido" se révéla maniable mais limité en force. Juan Bautista, fin technicien, lui imprima una lidia parfaitement adaptée. Dans un ensemble rondement mené, il connecta avec les gradins en éditant sur chaque bord un toreo élégant et très a gusto. Il agrémenta le tout par un répertoire soutenu, traçant redondos, molinettes, changements de main, passes du mépris... Il estoqua par un recibir d'effet lent qui délivra un pavillon. Oreille.
Juan Bautista salua par un brillant capoteo le cinquième de la matinée. Comme ses frères, le bicho rencontra le lancier pour deux légères puyas. L'Arlésien fit se lever la foule après un tercio de banderilles de très haute qualité, clouant notamment les palos par quiebro et violin. Début de faena tambour battant, les deux genoux en terre. Sans attendre, il fit déclencher la musique après une série droitière très douce, rematée par un somptueux changement de main très templé. La suite fut tout simplement éblouissante. Bénéficiant des charges remplies de noblesse et de classe de "Soleares", Juan Bautista mit debout les gradins par une tauromachie au sommet de son Art, touchant la perfection. Relâché dans sa gestuelle et très inspiré, il fit chavirer l'amphithéâtre par des séries magistrales, pleines de toreria et débordantes d'émotions. Il paracheva ce chef d'oeuvre par un recibir d'effet lent, la caste de "Soleares" y étant pour beaucoup. Deux oreilles et la queue et vuelta posthume au Victoriano.

Suite à la blessure de Thomas Joubert c'est José Maria Manzanares qui torea en seconde position. Le Victoriano montra une belle bravoure sur la première rencontre en poussant avec force avant une seconde plus mesurée. Devant cet astado possédant une jolie noblesse, Manzanares ne laissa pas passer l'occasion de se distinguer. Dans son style si particulier, l'Alicantin servit une faena toute en temple et en rondeur. Laissant bien courir la main, il enroula "Dulce" avec volupté dans des séries ambidextres pleines d'esthétisme, s'attirant les faveurs du public. Il remata son combat par une entière caída et put promener la première oreille de cette corrida.
Manzanares lidia par fuera le quatrième. L'Espagnol fit administrer à ce Victoriano deux puyas minimalistes. Au dernier tercio, "Despreciado" se montra maniable avec une pointe de faiblesse et un grand manque de transmission. Malgré quelques séries notables, il ne réussit jamais à faire décoller sa faena. Il conclut par une épée un poil basse. Ovation.

Thomas Joubert reçut le premier de la matinée par de vibrantes veroniques enchaînées de chicuelinas ultra- serrées. Le Cortés se fit sévèrement châtier sur la première rencontre avant que l'Arlésien ne dessine un quite par gaoneras très enlevé. La seconde pique fut donnée pour la forme. Après la cérémonie de confirmation d'alternative, Thomas dédia son combat au public. Après une entame par cambio, il se fit déséquilibrer sur le remate, se faisant sévèrement bousculer. Transporté inconscient à l'infirmerie, c'est Juan Bautista qui dut tuer le bicho. Face à cet adversaire aux charges pas franches et violentes, Juan Bautista dut déployer toute sa technique pour y prendre le dessus. Le camarguais , très engagé, conquit le public par une tauromachie pleine de valeurs et de poder. Il tua d'un trois quart de lame en place écoutant à l'issue une énorme ovation.
Thomas revint en piste pour combattre le dernier après son passage à l'infirmerie. Il accueillit le dernier par un capoteo heurté, rematant par contre par une media de haute facture. "Ebanista" se distingua lors du tercio de varas en se comportant en vrai brave lors de trois rencontres prises avec alegria. Thomas initia son trasteo par des statuaires très rapprochées, faisant frémir l'assistance. Sur les premières séries, il éprouva quelques difficultés à trouver le bon tempo à cet animal noble mais aux charges parfois pas toujours très claires. Une fois la bonne justesse trouvée, il réussit à emmener le public dans son univers tauromachique, fait de classicisme et de verticalité. Stoïque, ne cédant jamais une once de terrain, il distilla de précieuses séries chargées en émotions et en transmission. Il clôtura sa prestation par de magnifiques manoletinas très rapprochées, mettant debout les étagères. Il tua par un recibir bas et contraire qui fit tomber deux trophées dans l'escarcelle de l'Arlésien. Deux oreilles.

 

Arènes de Nimes
Dimanche 18 septembre à 11h30
4 toros de Victoriano Del Rio et 2 de Cortés (1 et 6)
13 rencontres avec la cavalerie de Phillipe Eyral
Poids : 522 , 525 , 541 , 504 , 524 ,515
Temps mitigé
Durée : 3h00

Juan Bautista : Ovation / Oreille après avis / Deux oreilles et la queue après deux avis.
J.M Manzanares : Oreille / Ovation après avis.
Thomas Joubert : Blessure / Deux oreilles après avis.

 

Thomas Joubert a confirmé l' alternative avec Descreído du fer de Cortés, numéro 166, né en janvier 2012 et pesant 522 kilos .
"Soleares" , sorti en cinquieme position , portant le numéro 111, né en décembre 2011, pesant 524 kilos fut primé d'une vuelta posthume.

 

Alexandre Guglielmet

Article du site internet "Torofiesta"

Article de la revue "Toros"

ACTUALITES

 

TEMPORADA 2017 :

- Arles le 16 avril :

Enrique Ponce (Silence /Ovation avec salut après avis) A. Talavante (Oreille / Silence après avis) et Thomas Joubert (Oreille après avis / Oreille après avis) - Ganaderia J.P. Domecq.

Plusieurs prix ont été décernés à Thomas Joubert : "Cérar Giron" pour le meilleur Matador de la feria Pascale, "Louis Pagès" prix du Comité de la Feria, et le club taurin "La Jeunesse Taurine du Pays d'Arles" l'a élu triomphateur de la Feria.

 

Cartels à venir :

 - Arène d'Istres "Le Palio" le  23 juin 2017 à 18 h 30 :

Sebastien Castella, Jose Maria Manzanares et Thomas Joubert - Ganaderia Garcigrande

 -  Arène de Châteaurenard le 23 juillet 2017 à 18 h :

Roman Perez, Thomas Joubert et Thomas Dufau - Ganaderia La Quinta

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
©Peña Thomas Joubert